J’ai 14 ans, je suis en troisième, et je suis harcelée,

J'ai 14 ans, je suis en troisième, et je suis harcelée,


Il y a un air entraînant derrière la fenêtre ouverte. Les rideaux comme des cerfs-volants, dans le creux du printemps naissant. Il y a un bruit assourdissant au fond de mon cœur, un vent agité et un feu déchaîné. Le printemps, je ne le sens plus. Ma peau aseptisée, mes sentiments d’hiver et mon cœur qui craque comme un vieux plancher.

Je le sais, j’ai 14 ans. Je ne devrais pas l’écrire, je ne devrais pas employer tous ces mots qui donnent le tournis ; je n’ai que 14 ans. J’ai la peau encore lisse, le ventre plat et l’inconscience des jeans taille 36. J’ai l’avenir devant moi, en tout cas c’est ce qu’on ne cesse de me répéter, et la jeunesse dans mes poches (trouées). 14 printemps, oui, voilà, le printemps en taille 14. Lire la suite

Vivre sa vie de femme et sa vie de maman sur un pied d’égalité,

Vivre sa vie de femme et sa vie de maman sur un pied d'égalité,.jpg


Je ne sais pas vous, mais moi je trouve souvent difficile de concilier les deux. La plupart du temps, on en rêve, mais dans les faits, c’est souvent plus compliqué et plus laborieux. Et, mine de rien, chez moi, j’ai surtout le sentiment que ma vie de maman prend plus régulièrement le dessus que ma vie de femme. Ce qui est génial, en soi, et qui fait également partie d’un choix de vie, lorsque nous avons décidé d’avoir un enfant, mais qui nécessite tout de même quelques temps de repos, de pause, et des ajustements, beaucoup d’ajustements. Lire la suite

La vie, la vraie,

La vie, la vraie,.jpg


J’ai toujours aimé les peintres qui prenaient le temps de peindre dans la rue, qui posaient le pinceau et qui parlaient du beau temps, des belles couleurs et de la simplicité de la vie avec les inconnus sur le bord du chemin. A 14 ans, je séchais les cours et j’allais Place du Tertre, pour les regarder et pour leur parler, parfois. Je savais que la vie était bien meilleure ici que sur les bancs rigides d’une école, et qu’elle ne battait pas toujours à l’endroit qu’on nous sommait de suivre, d’être, de s’approprier.

Et même si j’ai repris le chemin des études, je n’ai jamais oublié de m’arrêter et de les contempler, de m’émerveiller près d’eux, avec eux. Ce peintre là, il s’abreuvait des histoires secrètes d’Aix-en-Provence, il avait un rire franc et positif, un regard déterminé et un sourire contagieux. Il avait la vie au bout des doigts, qui s’agitait et qu’il laissait éclore, danser, s’exprimer. Le peintre-heureux. Lire la suite

Un an, 12 mois, 365 jours,

Un an.jpg


Je n’avais pas imaginé la façon dont arriverait ses un an. Je n’avais rien imaginé, rien rêvé, rien pensé, à ce sujet. Et puis ils sont arrivés. L’air de rien, à pas feutrés, ils ont ouvert la porte de notre chambre ce matin, et ont crié « Bon anniversaire petit N. ! » et nous y étions.

Un an. Lire la suite

Merveilleux monde virtuel #1,


Je ne sais pas si cet article intéressera tout le monde, mais ce soir j’ai eu envie de partager une première partie de mes blogs préférés avec vous. Je pense qu’ils parleront à certains d’entre vous, sachant qu’il y en a pour des goûts divers et variés !

Vous le savez maintenant : c’est un vrai plaisir pour moi de découvrir certains blogs et de les dévorer. Ceux-là en font véritablement partie (pour ne pas dire que ce sont mes préférés, ma tasse de café dans la langueur du matin, ma part de tarte aux pommes caramélisées, mon morceau de piano langoureux).

J’espère vraiment, ne serait-ce qu’un tout petit, tout petit peu, qu’ils feront échos en vous ! Lire la suite

Mes 21 objectifs « verts »,

Mes 21 objectifs verts 2.jpg


Dans la démarche d’être plus en accord avec moi-même et mes valeurs, j’ai commencé à me noter quelques petits objectifs, ici et là, afin de les consigner dans un coin de ma tête en vue d’avancer et d’évoluer dans cet état d’esprit.

J’en suis déjà à une petite vingtaine, ce qui me paraît tout de même être une sacrée montagne de défis !, et je me suis dis : pourquoi ne pas les partager avec vous ? Peut-être que certains de ces objectifs feront échos en vous, ou attiseront votre curiosité.

Je ne me suis pas fixée de les réaliser dans l’année ou dans les deux ans à venir. Je sais que ce type d’objectif, pour prendre sens et se concrétiser, nécessite un premier pas de bienveillance. Mais j’y aspire, au fil des jours, des mois, avec attachement. Lire la suite

Ode à une vie plus ralentie,

Ode à une vie plus ralentie,.jpg


Derrière le rideau, une évidence : la Bretagne. Et pendant que les pages de mon Simple Things tournent et se délient, je ressens l’apaisement d’une vie ralentie. J’aspire à une vie en communion avec la mer et ses secrets, ses confidences, ses trésors. Ses vents et ses poésies.

Sous le sable se cache des rêves et des aspirations, des jours heureux et tranquilles. Mes pieds s’enfoncent pour mieux s’ancrer dans la réalité, savourer les plaisirs d’une vie simple et authentique. La vie tourne et, telle une roue à jouer, arrête ses espoirs sur la contemplation et l’émerveillement. Lire la suite

Les Plaisirs Simples de Mars,

Les Plaisirs Simples de mars,.jpg


A la base, je détestais cette photo. Je la trouvais lamentablement ratée. J’en avais une idée préconçue, lorsque je l’ai assemblée, et j’étais loin du résultat. Le réglage manuel du Reflex avait été mal engagé et toute ma photo était sombre et bleue. Bleue, à cause de la chaleur bien trop diminuée. Cela m’a beaucoup frustrée et j’ai refusé de la toucher, de la traiter, avant de longues semaines, persuadée que je ne pourrai rien en tirer de bon.

Et puis ce soir, j’en ai décidé autrement. Et j’ai décidé de poster cette photo en souvenir de tous ces sentiments négatifs que l’on peut parfois emmagasiner à tort. Bien sûr, elle n’est pas parfaite, elle n’est pas professionnelle et nous pourrions encore largement la modifier. Mais pourtant, elle me plaît ainsi, comme ça, de cette façon-là. Et elle me rappelle qu’il ne faut pas baisser les bras trop vite, qu’il ne faut pas partir bille en tête, négatif et fataliste. Beaucoup de situations dans la vie sont comme cette photo : sombres, bleues, manquant de chaleur, de luminosité, de bien-être en somme. Et pourtant, il ne faut pas se fier à cette première apparence, car lorsqu’on gratte la première couche, la lumière apparaît.

Cette première introduction est importante pour moi, surtout après cet article publié hier. Mais je souhaite de tout cœur qu’elle résonne aussi en vous.

Lire la suite

Le rire d’un enfant peut tout changer,

Le rire d'un enfant peut tout changer,.jpg


Depuis plusieurs mois, cet article s’attarde dans mon esprit. Mais ce n’était pas le bon moment, et certainement que ce n’était pas encore complètement acquis chez moi, en moi. J’avais besoin d’être entièrement absorbée, absolue, par ce sentiment, cette vision, avant d’arriver à trouver les mots justes. Il y a parfois des sujets qui doivent nous prendre aux tripes avant d’exister, avant de respirer. Nous restons l’oxygène de nos pensées.

Et puis, le week-end dernier, je me suis fais bousculer, la vie m’a tapé sur l’épaule et m’a assené le plus bel uppercut au monde. C’était doux, hors du temps ; évident. Lire la suite

Onze mois plus tard, maman et bébé grandissent ensemble,

Onze mois, et onze nouvelles découvertes sur bébé et sur maman,.jpg


Notre petit N. a onze mois aujourd’hui, et même si je n’arrive toujours pas à réaliser qu’une année va bientôt grimper sur lui et le chatouiller jusqu’à parfaite absolution, je réalise néanmoins que ces onze derniers mois nous ont énormément changé et nous ont énormément fait grandir. Notre petit N. a beau pousser, grandir, mûrir, je peux vous dire qu’il en est de même pour nous, et tout particulièrement pour moi.

Je suis loin d’être une maman parfaite, la relation réelle et vivante entre mon fils et moi fait ressortir mes plus belles qualités comme mes défauts les plus laids, mais néanmoins j’avance, j’évolue, je grandis, je me hisse sur la pointe des pieds et je saisis pleinement la largeur, la longueur, la hauteur, de la vie maternelle. Lire la suite