Vivre sa vie de femme et sa vie de maman sur un pied d’égalité,

Vivre sa vie de femme et sa vie de maman sur un pied d'égalité,.jpg


Je ne sais pas vous, mais moi je trouve souvent difficile de concilier les deux. La plupart du temps, on en rêve, mais dans les faits, c’est souvent plus compliqué et plus laborieux. Et, mine de rien, chez moi, j’ai surtout le sentiment que ma vie de maman prend plus régulièrement le dessus que ma vie de femme. Ce qui est génial, en soi, et qui fait également partie d’un choix de vie, lorsque nous avons décidé d’avoir un enfant, mais qui nécessite tout de même quelques temps de repos, de pause, et des ajustements, beaucoup d’ajustements. Lire la suite

Un an, 12 mois, 365 jours,

Un an.jpg


Je n’avais pas imaginé la façon dont arriverait ses un an. Je n’avais rien imaginé, rien rêvé, rien pensé, à ce sujet. Et puis ils sont arrivés. L’air de rien, à pas feutrés, ils ont ouvert la porte de notre chambre ce matin, et ont crié « Bon anniversaire petit N. ! » et nous y étions.

Un an. Lire la suite

Onze mois plus tard, maman et bébé grandissent ensemble,

Onze mois, et onze nouvelles découvertes sur bébé et sur maman,.jpg


Notre petit N. a onze mois aujourd’hui, et même si je n’arrive toujours pas à réaliser qu’une année va bientôt grimper sur lui et le chatouiller jusqu’à parfaite absolution, je réalise néanmoins que ces onze derniers mois nous ont énormément changé et nous ont énormément fait grandir. Notre petit N. a beau pousser, grandir, mûrir, je peux vous dire qu’il en est de même pour nous, et tout particulièrement pour moi.

Je suis loin d’être une maman parfaite, la relation réelle et vivante entre mon fils et moi fait ressortir mes plus belles qualités comme mes défauts les plus laids, mais néanmoins j’avance, j’évolue, je grandis, je me hisse sur la pointe des pieds et je saisis pleinement la largeur, la longueur, la hauteur, de la vie maternelle. Lire la suite

10 bonheurs à savourer avec un bébé de 10 mois,

Nathan 9 mois et demi guitare.jpg


Ce n’est une surprise pour personne qui me lit ici : demain, notre petit N. aura dix mois. Dix grands mois ! Ma fabuleuse grossesse s’éloigne de plus en plus et mon petit, tout petit bébé n’en est plus un. Je l’ai vu grandir de jour en jour, parfois (et vraiment !) d’heures en heures, c’est une période assez spectaculaire et assez dingue. Elle m’a pas mal retournée d’émotions, parfois aussi – je l’avoue – de nostalgie, mais je suis heureuse, et davantage chaque jour, de vivre toutes ces grandes nouvelles étapes avec lui, et en particulier ses dix mois qui se profilent dans notre horizon de vie.

Et je me suis dis : et si je vous listais 10 bonheurs à savourer avec un bébé de 10 mois ? Ca change de mes formules habituelles et je dois avouer que ce type d’article me tentait bien pour le coup. Alors, à vos sourires ! Lire la suite

Slow-janvier pendant que bébé apprend à marcher,

Bébé-neuf-mois-et-demi-apprend-à-marcher-slow-janvier-douce-vie.jpg


Le mois de janvier, tout doucement, s’égrène. Ici, il n’est pas forcément de tout repos, et pourtant il apporte son baluchon de réconfort et de retrouvailles. Ce mois-ci, j’ai besoin de me retrouver, loin des écrans, au plus proche de mes aspirations et de mes passions. C’est une phase comme une autre, qui virevolte au gré des vents de la vie, mais c’est une phase importante à prendre en compte, je crois. Lire la suite

9 mois,

9 mois,.jpg


9 mois, comment ne pas y penser, comment ne rien dire ? 9 mois représente pour mois une sacrée étape, comme celle que tous les parents attendent avec la larme à l’œil à 12 mois. 9 mois, c’est autant de temps entre les parois chatouilleuses de mon ventre et autant de temps à découvrir le monde extérieur. Aujourd’hui, l’équilibre s’emballe et mon fils franchit un cap : celui de s’enraciner ici bas, et de définitivement s’installer ici. Mon fils a fait ses valises, les premiers pas, les premiers émois, ont eu raison du liquide amniotique et de l’excentricité de mon ventre et dorénavant, il passera définitivement plus de temps dehors que dedans.

C’est tellement étrange, cette sensation m’envahie depuis ce matin, avec une pointe de nostalgie inévitablement, mais aussi beaucoup de joie. Nous avons vécu tellement de choses, et nous avons tellement grandi, en 9 mois… Chéri, quel voyage et quelle escale, ces 9 mois. Laisse-moi encore embrasser ton petit front, tes petits cheveux blonds, et te souffler : va la vie, saisie-la et embrasse-la pour moi ! Lire la suite

Deux enfants, cette longue évidence,

Deux enfants, cette longue évidence,.jpg


En 2016, je suis passée par plusieurs phases. Et je ne suis pas certaine que celle que je franchis en ce début d’année 2017 soit la dernière, mais qu’importe.

En avril 2016, et pendant plusieurs mois, j’ai refusé littéralement l’idée d’avoir un deuxième enfant. On est beaucoup à avoir connu ça, j’en suis certaine. On vient d’accoucher, on subit les premiers mois difficiles (+1 pour le RGO), et on se prend, parfois, à s’imaginer avec deux enfants… et les yeux nous sortent des orbites. Quelle idée, mais quelle idée !

Voilà où j’en étais au printemps 2016, et je crois bien que ça a duré tout l’été. Pleinement satisfaite d’avoir mon petit garçon, je n’en demandais pas plus et je n’étais pas si gourmande. Lire la suite

7 mois,

7 mois,.JPG


Nous y voilà, plus de la moitié d’une année, sept mois, déjà ! Sept mois d’amour complètement fou, qui prend tellement de place, de jour en jour, que j’en reste stupéfaite de bonheur. Hier soir encore, G. et moi discutions sur le canapé, après s’être glissés subrepticement dans la chambre de notre trésor pour l’admirer dormir, et nous étions pleinement d’accord sur la joie, l’épanouissement, la magie qui opèrent depuis l’arrivée de petit N. dans nos vies. Nous sommes des parents heu-reux. Il y a quelques semaines, j’hésitais encore à avoir un second enfant, je trouvais que notre vie à trois était parfaite comme ça. Et finalement, je sais que ce bonheur ne peut que se partager, s’ouvrir à un nouvel enfant, quand le moment sera venu. Et à sept mois à peine, je peux le dire avec certitude : petit N. sera un merveilleux grand-frère. Lire la suite

Et puis j’ai repris le travail,

et-puis-jai-repris-le-travail


Et voilà, après 6 mois et demi d’amour et de tendresse partagés à temps plein, j’ai repris le chemin du travail. Je n’avais pas vraiment choisi cette date par hasard. Je tenais absolument à rester avec mon petit N. jusqu’à ses 6 mois, période où la notion de distinction est intégrée pour lui : maman d’un côté, bébé de l’autre, et nous ne faisons plus une seule et même personne. Nous avons également suivi la date de son entrée en crèche, qui tombait à point nommé puisqu’après ces mois fatidiques. Lire la suite

Mon bébé, ce soleil radieux,

Mon bébé, ce soleil radieux,.jpg


Aujourd’hui, je me suis rendue compte (en vérité, je le savais déjà, mais je ne l’avais pas pleinement vécu) qu’un enfant, c’est un des meilleurs remèdes contre le moral gris, sur lequel il pleut des trombes et impossible de retrouver ce fichu parapluie de la bienveillance.

Aujourd’hui, je peux vraiment le dire : un enfant, c’est un arc-en-ciel ; bien mieux qu’un parapluie. On parle de « baume au cœur », mais moi je peux vous dire que je suis tartinée !

Il se passe beaucoup de choses dans ma vie en ce moment, et loin de moi l’idée de rentrer dans les détails (je vous explique pourquoi ici et ici), mais ce que je peux vous dire, c’est que même la balance de l’équilibre en perd ses chiffres.

Mais voilà, quand je suis allée récupérer petit N. à la crèche tout à l’heure, je n’avais jamais expérimenté encore ce sourire, celui-là bien qui signifie : « maman, je me suis éclaté mais qu’eeeest-ce que tu m’as manqué quand même ».

Pour parfaire le tout, ses petits bras se sont tendrement glissés autour de mon cou et sa petite tête de bébé qui sent bon s’est posé contre mon cœur. Et alors, tout s’est apaisé, c’est comme si l’évidence avait trouvé refuge en moi.

Il s’est ensuite redressé, a reculé un peu le buste et m’a regardée droit dans les yeux, avec un sourire ; mais alors un sourire. Et ce regard amoureux.

Et j’ai enfin eu droit à un bisou digne des grands baisers de cinéma. Ma joue était pleine de bave, mais tant pis, c’était devenu mon trophée.

Alors ouais, voilà : un enfant, c’est l’imperméable d’une vie.