La vie, la vraie,

La vie, la vraie,.jpg


J’ai toujours aimé les peintres qui prenaient le temps de peindre dans la rue, qui posaient le pinceau et qui parlaient du beau temps, des belles couleurs et de la simplicité de la vie avec les inconnus sur le bord du chemin. A 14 ans, je séchais les cours et j’allais Place du Tertre, pour les regarder et pour leur parler, parfois. Je savais que la vie était bien meilleure ici que sur les bancs rigides d’une école, et qu’elle ne battait pas toujours à l’endroit qu’on nous sommait de suivre, d’être, de s’approprier.

Et même si j’ai repris le chemin des études, je n’ai jamais oublié de m’arrêter et de les contempler, de m’émerveiller près d’eux, avec eux. Ce peintre là, il s’abreuvait des histoires secrètes d’Aix-en-Provence, il avait un rire franc et positif, un regard déterminé et un sourire contagieux. Il avait la vie au bout des doigts, qui s’agitait et qu’il laissait éclore, danser, s’exprimer. Le peintre-heureux. Lire la suite

Mes 21 objectifs « verts »,

Mes 21 objectifs verts 2.jpg


Dans la démarche d’être plus en accord avec moi-même et mes valeurs, j’ai commencé à me noter quelques petits objectifs, ici et là, afin de les consigner dans un coin de ma tête en vue d’avancer et d’évoluer dans cet état d’esprit.

J’en suis déjà à une petite vingtaine, ce qui me paraît tout de même être une sacrée montagne de défis !, et je me suis dis : pourquoi ne pas les partager avec vous ? Peut-être que certains de ces objectifs feront échos en vous, ou attiseront votre curiosité.

Je ne me suis pas fixée de les réaliser dans l’année ou dans les deux ans à venir. Je sais que ce type d’objectif, pour prendre sens et se concrétiser, nécessite un premier pas de bienveillance. Mais j’y aspire, au fil des jours, des mois, avec attachement. Lire la suite

Ode à une vie plus ralentie,

Ode à une vie plus ralentie,.jpg


Derrière le rideau, une évidence : la Bretagne. Et pendant que les pages de mon Simple Things tournent et se délient, je ressens l’apaisement d’une vie ralentie. J’aspire à une vie en communion avec la mer et ses secrets, ses confidences, ses trésors. Ses vents et ses poésies.

Sous le sable se cache des rêves et des aspirations, des jours heureux et tranquilles. Mes pieds s’enfoncent pour mieux s’ancrer dans la réalité, savourer les plaisirs d’une vie simple et authentique. La vie tourne et, telle une roue à jouer, arrête ses espoirs sur la contemplation et l’émerveillement. Lire la suite

Les Plaisirs Simples de Mars,

Les Plaisirs Simples de mars,.jpg


A la base, je détestais cette photo. Je la trouvais lamentablement ratée. J’en avais une idée préconçue, lorsque je l’ai assemblée, et j’étais loin du résultat. Le réglage manuel du Reflex avait été mal engagé et toute ma photo était sombre et bleue. Bleue, à cause de la chaleur bien trop diminuée. Cela m’a beaucoup frustrée et j’ai refusé de la toucher, de la traiter, avant de longues semaines, persuadée que je ne pourrai rien en tirer de bon.

Et puis ce soir, j’en ai décidé autrement. Et j’ai décidé de poster cette photo en souvenir de tous ces sentiments négatifs que l’on peut parfois emmagasiner à tort. Bien sûr, elle n’est pas parfaite, elle n’est pas professionnelle et nous pourrions encore largement la modifier. Mais pourtant, elle me plaît ainsi, comme ça, de cette façon-là. Et elle me rappelle qu’il ne faut pas baisser les bras trop vite, qu’il ne faut pas partir bille en tête, négatif et fataliste. Beaucoup de situations dans la vie sont comme cette photo : sombres, bleues, manquant de chaleur, de luminosité, de bien-être en somme. Et pourtant, il ne faut pas se fier à cette première apparence, car lorsqu’on gratte la première couche, la lumière apparaît.

Cette première introduction est importante pour moi, surtout après cet article publié hier. Mais je souhaite de tout cœur qu’elle résonne aussi en vous.

Lire la suite

Le rire d’un enfant peut tout changer,

Le rire d'un enfant peut tout changer,.jpg


Depuis plusieurs mois, cet article s’attarde dans mon esprit. Mais ce n’était pas le bon moment, et certainement que ce n’était pas encore complètement acquis chez moi, en moi. J’avais besoin d’être entièrement absorbée, absolue, par ce sentiment, cette vision, avant d’arriver à trouver les mots justes. Il y a parfois des sujets qui doivent nous prendre aux tripes avant d’exister, avant de respirer. Nous restons l’oxygène de nos pensées.

Et puis, le week-end dernier, je me suis fais bousculer, la vie m’a tapé sur l’épaule et m’a assené le plus bel uppercut au monde. C’était doux, hors du temps ; évident. Lire la suite

Un papa, un mari, un amant, un ami,

Un papa, un mari, un amant, un ami,


Nos quatre ans de mariage comme une brise légère, qui nous caresse, nous effleure, et fait trembler notre échine. Ces années avec toi valent bien plus que des projets, des promesses, un avenir. Ces années avec toi valent bien plus que le bonheur, le sourire, la paix. Et même si les chars d’assaut ont parfois frappé notre porte, ont parfois creusé des fossés, des béances, ces années avec toi valent bien plus que la résistance et la résilience. Lire la suite

10 idées pour affronter plus sereinement un changement de vie, de cap,

10 idées pour affronter sereinement un changement de vie, de cap,.jpg


Nous partons à Aix-en-Provence demain (pour de petites vacances), et même si ce n’est absolument pas raisonnable d’écrire ici ce soir, tout en sachant qu’une valise à préparer m’attend, j’avais tout de même très envie de vous présenter mon bilan de ces dernières semaines quelques peu… mouvementées.

Notre petite famille continue de grandir et d’évoluer, et les projets avec. Qui dit projets, dit changements. Et quels changements ! Professionnels, personnels, j’ai le sentiment que tout y passe en ce moment. C’est positif, c’est même carrément génial, mais la période au milieu, celle appelée « de transition »… quelle galère ! Sans rentrer dans les détails pour autant, je voulais vous présenter ce qui m’a permis de tenir ces derniers temps, et d’accepter de sortir de ma zone de confort. Lire la suite

A l’aube (anticipé) des 26 ans,

A l'aube des 26 ans,.jpg


A 18 ans, le cœur en miettes, je fumais des cigarettes au bord de l’eau, les pensées vagabondanses. Je noircissais des carnets tout en écoutant Supertramp ou Dire Straits. Je lisais alors Les Contemplations de Victor Hugo et j’aspirais au même émerveillement de vie, sans pleinement en comprendre le sens, la substance, le secret. Moulée dans mon slim taille 38, je n’arrivais pas à me projeter plus loin que l’instant présent et l’avenir semblait incertain, brisé, déséquilibré. Je me répétais sans cesse : quelle vie mener sans toi ? Que faire sans ton regard posé sur moi et ta trompette entre tes doigts ? Existe-t-il réellement une vie après toi et tout ce que tu as remué en moi ? Que donner à la vie lorsqu’on a tout donné par amour ? Lire la suite

Les Plaisirs Simples de février,

Les Plaisirs Simples de février,.JPG


Avez-vous remarqué comme il suffit parfois d’un simple bouquet pour fleurir son cœur et parfumer sa journée ? Chaque matin, nous pouvons tous décider d’être une fleur : nous avons une journée pour déployer nos pétales et notre nectar de la plus jolie des façons. Nous sommes les seuls à pouvoir apporter l’engrais nécessaire, et pour cela nous devons déployer de la confiance et de la bienveillance à notre propre égard. C’est un sacré défi de jardinier !

Voilà ce qui m’a principalement marquée au mois de février. Cette capacité que nous avons en chacun de nous et qui n’attend que nous. Rien ni personne ne pourra faire croître une fleur, une plante, sans son propre consentement secret. Et c’est à nous, à nous seul, de décider du printemps quotidien de nos vies, de notre capacité à fleurir quotidiennement, comme un rendez-vous à ne pas manquer, comme une soirée où il est plaisant de se mettre sur son 31. Notre cœur et tout se qu’il contient est un précieux engrais qu’il est bon de laisser exister, qu’il est bon de verser sur nos projets, nos ambitions, nos valeurs, nos sentiments. Cet engrais est une façon impalpable de remercier la vie, car la vie est un printemps continuel ; et qu’est-ce qu’un printemps sans fleurs et sans jardins ? Lire la suite

S’approprier La La Land et danser la vie,

IMG_20170206_215034_853.jpg


J’écoute la BO de La La Land en boucle, et les yeux dans le vague, je chuchote les paroles embrassées par Emma Stone. Un vague sourire aux lèvres, je me dis : mais quand est-ce que je retourne voir ce film ? et je sifflote. Je remue mes épaules et trémousse mon bassin au rythme du jazz. Et me voilà dans une comédie musicale, je m’appelle Margaux et je suis légère, souple, vivante. Another Day Of Sun.

Ce serait tellement plus simple si la réalité se transformait en comédie musicale au simple son d’un morceau, d’un instrument de musique, au simple frémissement d’un rythme. Ce serait aussi beaucoup plus simple si nous savions tous danser comme des comédiens, bien sûr. Et si nous avions tous un Ryan Gosling et une Emma Stone dans nos vies. Ou peut-être qu’il suffit simplement d’y croire, et de faire de notre vie une comédie musicale, peu importe de quelle façon nous avons décidé de danser les heures et d’introduire le rythme dans nos journées ? Lire la suite