La page se tourne, le livre se ferme,

Processed with VSCOcam with a6 preset

(Crédit photo : Pinterest)


Bonjour bonjour mes chers/chères lecteurs/lectrices,

Un petit mot pour vous dire que, ça y est, la page « Au bout du voyage » est tournée. Je me suis cognée, j’ai expérimenté, je me suis déconnectée et j’ai kiffé.

Je vis l’instant présent et je n’en perds pas une miette. En attendant, je n’ai plus la force, ni l’envie, d’alimenter cet univers, qui ne correspond plus vraiment à la Elsa que je suis devenue et que je deviens de jour en jour.

J’ai d’ailleurs réduit drastiquement, encore et encore, les blogs et les comptes Instagram que je suis. J’essaye d’aller à l’essentiel, un peu plus chaque jour, et de me réserver du temps pour le plus important : la vie ici et maintenant.

Parfois, il m’arrive de penser que nous devrions tous nous consacrer davantage à l’instant présent. Vivre est un cadeau, et pourtant nous nous cachons tant derrière nos écrans, quand il y a déjà tellement à découvrir sur le trottoir d’en face.

La vie est courte et elle doit être vécue intensément ; je ne veux plus l’oublier.

Nous nous retrouverons peut-être un jour : dans le métro, à la bibliothèque, à la crèche (qui sait !) ou même à l’étranger. Ce serait un vrai plaisir. Et cette fois, j’en profiterai réellement, car vos sourires seront réellement, indubitablement connectés aux miens. C’est drôle de parler de « connexion » quand tout semble vouloir se déconnecter autour de moi, et pourtant : la vie est une connexion intersidérale ; mais les étoiles sont dans nos yeux, dans le pli de nos commissures, dans nos cheveux ou encore au bout de nos doigts ; elles ne sont pas dans nos écrans, animées ou retouchées. Même les étoiles ont un cœur qui bat.

Et, qui sait… vous m’auriez peut-être bien entre vos doigts, dans quelques années, à tourner les pages ou à corner les angles. C’est fou comme perdre du temps devient du temps de gagné.

En attendant, mon livre en cours m’attend plié sur mon lit, une tisane fumante sur le pupitre ; mon grand garçon (grand, grand !) dort paisiblement dans sa chambre, parfois même qu’il soupire comme un petit bébé (petit, petit !) ; la Bretagne nous attend dans quelques jours à peine et elle fait battre mon cœur d’impatience ; je continue de danser la vie en pointe et pas chassés ; un voyage improbable mais absolument sublime, transcendant, nous attend dans quelques mois, ce qui ne quitte plus mes pensées ; des projets qui se construisent, à l’aune de l’instant présent.

Voilà bien le projet d’une vie : vivre l’instant présent, tel qu’il se présente, tel qu’il est, dans toute sa grandeur et dans toute sa vulnérabilité. Un peu d' »ici » dans sa tasse de café, de « maintenant » dans ses poches et d' »aujourd’hui » sous la peau.

Voilà, tout est dit, ou presque.

Bonne continuation et, à bientôt j’espère : sur le trottoir d’en face !

#2 – Bilan de ma déconnexion,

#2 - Bilan de ma déconnexion,.jpg


Vous allez peut-être me dire que ce bilan était prévisible. Pour ma part, je ne l’ai pas forcément vu arriver sous cet angle-là, et d’autant plus maintenant que j’apprivoise mes sentiments au jour le jour.

Comme je le disais déjà dans mon premier bilan, j’ai drastiquement réduit mon rapport à Internet et aux réseaux sociaux. Mais le bilan ne s’arrête pas là, voilà pourquoi je vous présente un point 2 ! Lire la suite

Un peu de moi en 25 points,

Un peu de moi en 25 points,.jpg

(Crédit photo : Rama O.)


J’écris et je partage sur ce blog depuis déjà de nombreux mois, et même si je me dévoile un peu à travers mes articles, je ne me dévoile jamais réellement. Je me cache toujours un peu derrière les mots, les métaphores, les subtilités – par choix. Et puis j’ai eu envie de m’ouvrir un peu plus à vous, mais dans un article dédié, et non tout au long de mes publications. C’est important, aussi, de donner un peu de soi, quand mes lecteurs me donnent tant, ne croyez-vous pas ?

Je profite de cet article pour vous remercier. En créant ce blog, je ne cherchais ni les visites, ni les commentaires, ni les partages de publication. Je souhaitais partager, apporter peut-être un peu d’aide, un peu d’inspiration, un peu de littérature, à ceux qui voudraient bien jeter un œil à mes articles. Et j’écrivais aussi pour moi, pour cette passion qui m’anime (allez, – 1 point à révéler sur moi !). Et maintenant, vous êtes de plus en plus nombreux à rejoindre l’aventure, à me partager vos histoires, vos passions, votre maternité, à m’encourager. C’est un vrai bonheur de vous lire, de vous savoir ici, et de vous suivre également de l’autre côté de votre bannière, pour certains.

Sachez que ce blog n’est pas un lieu de notoriété mais d’humilité, que je souhaite le plus simple et le plus convivial possible. Un espace qui me ressemble, et qui vous enlace en même temps. Un peu décousu, comme mes pensées qui bouillonnent mais encré, assuré, dans mon quotidien qui fait la part belle à l’écriture. J’ajoute une pincée de simplicité supplémentaire, d’authenticité affectueuse, en partageant ces quelques secrets chuchotés sur moi.

Alors, si cela vous intéresse, voici un peu de moi en 25 points : Lire la suite

Les Plaisirs Simples du printemps,

Les Plaisirs Simples du printemps,.jpg


Depuis quelques jours, je dévore un livre qui – il faut l’avouer – tombe non seulement à point nommé dans mes tergiversations et mes interrogations, mais donne aussi suffisamment de vent pour faire s’envoler mon moral cerf-volant. Je me sens sereine, au bon endroit et équilibrée, c’est étrange comme sensation et je n’ai pas le sentiment que des mots pourront y manifester toute la substance, et pourtant j’aimerais tellement pouvoir vous l’expliquer détail par détail, sentiment après sentiment.

Est-ce que vous avez déjà connu ça, un livre qui tombe à point nommé, qui arrive au bon moment, qui est – étrangement – le sujet idéal sur l’instant T ? Ca ne m’est pas arrivé souvent, mais lorsque c’était le cas, j’ai souvenir que c’était tout aussi bon et orgastique. Lire la suite

La lumière derrière les nuages,

La lumière derrière les nuages,.jpg

(Crédit photo : Isabel Nao / Retouches : Au bout du voyage)


Après une semaine de vacances, la reprise du travail pointe le bout de son nez. Et je dois avouer que j’ai plutôt été surprise par mon plaisir anticipé par cette idée. Oui, je suis contente de reprendre le travail, de retourner au bureau, de retrouver mes dossiers. Et pourtant, je peux vous dire que la reprise va être sportive, car six dossiers doivent être gérés et bouclés d’ici le 1er juin ! Mais cela me réjouit. Oui oui, je vous assure, je me suis moi-même surprise. Que penser de cet article alors ? Hé bien…

… Qu’il est un article comme beaucoup d’autres, où je prends plaisir à partager avec vous tout ce qui traverse mon esprit – car je suis intimement persuadée que je ne suis pas la seule à passer par ce type de choix, d’hésitations, etc. – et que cet article que je rédige en est également un autre, une suite logique, pour partager avec vous mon cheminement réflexif. Lire la suite

#1 – Bilan de ma déconnexion,

#1 - Bilan de ma déconnexion,.jpg


Comme je vous en parlais ici et ici, j’ai décidé, depuis quelques semaines, de m’éloigner davantage des réseaux sociaux et du monde virtuel, pour ouvrir grand les yeux, et même les écarquiller, sur la vie, la vraie. Je dois avouer que je me sens de moins en moins en phase avec cette société postmoderne, et bien que loin de moi l’idée de dénigrer qui que soit ni quelque idée que ce soit, je suis contente d’y prendre du recul et de me resituer au milieu de tout ça. Lire la suite

J’ai 14 ans, je suis en troisième, et je suis harcelée,

J'ai 14 ans, je suis en troisième, et je suis harcelée,


Il y a un air entraînant derrière la fenêtre ouverte. Les rideaux comme des cerfs-volants, dans le creux du printemps naissant. Il y a un bruit assourdissant au fond de mon cœur, un vent agité et un feu déchaîné. Le printemps, je ne le sens plus. Ma peau aseptisée, mes sentiments d’hiver et mon cœur qui craque comme un vieux plancher.

Je le sais, j’ai 14 ans. Je ne devrais pas l’écrire, je ne devrais pas employer tous ces mots qui donnent le tournis ; je n’ai que 14 ans. J’ai la peau encore lisse, le ventre plat et l’inconscience des jeans taille 36. J’ai l’avenir devant moi, en tout cas c’est ce qu’on ne cesse de me répéter, et la jeunesse dans mes poches (trouées). 14 printemps, oui, voilà, le printemps en taille 14. Lire la suite

La vie, la vraie,

La vie, la vraie,.jpg


J’ai toujours aimé les peintres qui prenaient le temps de peindre dans la rue, qui posaient le pinceau et qui parlaient du beau temps, des belles couleurs et de la simplicité de la vie avec les inconnus sur le bord du chemin. A 14 ans, je séchais les cours et j’allais Place du Tertre, pour les regarder et pour leur parler, parfois. Je savais que la vie était bien meilleure ici que sur les bancs rigides d’une école, et qu’elle ne battait pas toujours à l’endroit qu’on nous sommait de suivre, d’être, de s’approprier.

Et même si j’ai repris le chemin des études, je n’ai jamais oublié de m’arrêter et de les contempler, de m’émerveiller près d’eux, avec eux. Ce peintre là, il s’abreuvait des histoires secrètes d’Aix-en-Provence, il avait un rire franc et positif, un regard déterminé et un sourire contagieux. Il avait la vie au bout des doigts, qui s’agitait et qu’il laissait éclore, danser, s’exprimer. Le peintre-heureux. Lire la suite

Mes 21 objectifs « verts »,

Mes 21 objectifs verts 2.jpg


Dans la démarche d’être plus en accord avec moi-même et mes valeurs, j’ai commencé à me noter quelques petits objectifs, ici et là, afin de les consigner dans un coin de ma tête en vue d’avancer et d’évoluer dans cet état d’esprit.

J’en suis déjà à une petite vingtaine, ce qui me paraît tout de même être une sacrée montagne de défis !, et je me suis dis : pourquoi ne pas les partager avec vous ? Peut-être que certains de ces objectifs feront échos en vous, ou attiseront votre curiosité.

Je ne me suis pas fixée de les réaliser dans l’année ou dans les deux ans à venir. Je sais que ce type d’objectif, pour prendre sens et se concrétiser, nécessite un premier pas de bienveillance. Mais j’y aspire, au fil des jours, des mois, avec attachement. Lire la suite

Ode à une vie plus ralentie,

Ode à une vie plus ralentie,.jpg


Derrière le rideau, une évidence : la Bretagne. Et pendant que les pages de mon Simple Things tournent et se délient, je ressens l’apaisement d’une vie ralentie. J’aspire à une vie en communion avec la mer et ses secrets, ses confidences, ses trésors. Ses vents et ses poésies.

Sous le sable se cache des rêves et des aspirations, des jours heureux et tranquilles. Mes pieds s’enfoncent pour mieux s’ancrer dans la réalité, savourer les plaisirs d’une vie simple et authentique. La vie tourne et, telle une roue à jouer, arrête ses espoirs sur la contemplation et l’émerveillement. Lire la suite