Les Plaisirs Simples de février,

Les Plaisirs Simples de février,.JPG


Avez-vous remarqué comme il suffit parfois d’un simple bouquet pour fleurir son cœur et parfumer sa journée ? Chaque matin, nous pouvons tous décider d’être une fleur : nous avons une journée pour déployer nos pétales et notre nectar de la plus jolie des façons. Nous sommes les seuls à pouvoir apporter l’engrais nécessaire, et pour cela nous devons déployer de la confiance et de la bienveillance à notre propre égard. C’est un sacré défi de jardinier !

Voilà ce qui m’a principalement marquée au mois de février. Cette capacité que nous avons en chacun de nous et qui n’attend que nous. Rien ni personne ne pourra faire croître une fleur, une plante, sans son propre consentement secret. Et c’est à nous, à nous seul, de décider du printemps quotidien de nos vies, de notre capacité à fleurir quotidiennement, comme un rendez-vous à ne pas manquer, comme une soirée où il est plaisant de se mettre sur son 31. Notre cœur et tout se qu’il contient est un précieux engrais qu’il est bon de laisser exister, qu’il est bon de verser sur nos projets, nos ambitions, nos valeurs, nos sentiments. Cet engrais est une façon impalpable de remercier la vie, car la vie est un printemps continuel ; et qu’est-ce qu’un printemps sans fleurs et sans jardins ?

Il y a eu le mimosa, bien sûr. Le soleil a décidé de se multiplier et de former des colonies de boutons. Le mimosa est cet espoir, cette attente, que le givre finira par fondre, que la neige finira par s’endormir paisiblement, et que les beaux jours viendront nous embrasser les paupières un matin où, les fenêtres ouvertes, l’oiseau du printemps a déployé ses ailes.

Il y a eu le cheesecake au spéculoos partagé à neuf, dans notre petit salon suffisamment chaleureux pour nous faire rire aux éclats et nous tenir debout jusque tard. Il y a eu quatre enfants, et huit petites mains accrochées à des Duplo multicolores.

Il y a ces livres sur la liste, enfin achetés et enlacés, après des mois de patience, à les désirer et à les laisser se faire prier, pour mieux les dévorer.

Il y a toutes ces tasses de thé qui, lentement, remplacent les tasses de café. Ces boîtes en métal qu’il est si difficile de sélectionner et de choisir, qu’on empile et qu’on chérie.

Il y a les câlins-bonbons de mon fils et ses lèvres baveuses sur mes joues, mes cheveux, mon front. Son premier maman, les yeux écarquillés et les fesses posées au sol et mes tu-répètes-dis hein dis-tu-répètes. Les nuits blanches et les dents qui jamais ne percent et ne se dévoilent mais l’amour, l’amour envers et contre tout, l’amour roulé en boule contre mon cœur, l’amour debout sur la table basse, l’amour de la carotte et du panais plein la bouche, l’amour à 3h du matin dans le noir d’une chambre et les bisous qui glissent sur tes petits cheveux si fins, tes doigts accrochés à mon pyjama et ta tête posée tout contre mes battements de vie.

Il y a la formation photo, les cours en ligne, les essais, les ratés, les ratés, les ratés mais aussi les avancés et les progrès. S’accorder le droit d’être un petit peu fière de soi, sans honte et sans exigences.

Il y a ce petit haut, que jamais je n’aurais acheté, mais tes yeux amoureux, tes yeux amoureux… et finalement vouloir le porter à longueur de temps, se sentir bien et se trouver jolie.

Il y a les canards qui s’envolent, tes yeux interloqués et tes rires communicatifs. Il y a cette dame qui leur donne du pain et tes petites mains qui veulent tout attraper. Ton regard perçant, droit dans le mien, qui me défit de continuer à t’émerveiller. Et cette promesse saisissante qui m’emporte et me transporte.

Il y a ces journées de repos, ces journées que l’on s’accorde à soi-même et ces journées que l’on accorde à son couple. Il y a nos deux vies qui s’enlacent sans avoir besoin de dire quoique ce soit et nous ne formons plus qu’un bouquet, un jardin.

Février, c’est aussi le mois des tempêtes qui font plier les tiges et s’envoler les pétales. L’avenir incertain, les décisions à prendre et l’énergie à déployer. Mais février c’est enfin le mois des ressources inépuisables et des tempêtes qui nous transforment en roseau.

Publicités

2 réflexions sur “Les Plaisirs Simples de février,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s