Paris, mon amour, il est temps,

Paris, mon amour, il est temps,.jpg


Cher Paris, Paris mon amour,

Il y a 25 ans et demi, nos regards venaient de se croiser. Nous étions là, l’un tourné vers l’autre, le regard empli d’avenir et de promesses. Nous n’étions pas encore main dans la main, les doigts croisés vers l’amour, mais bien sûr, bien sûr, tout fût une question de temps.

Le temps, voilà notre pacte. Vivre le temps, prendre le temps, saisir le temps. Il nous a fallu du temps et aujourd’hui le temps est venu. Paris, tu es un tempo, un tempérament, un temple. Tu es le temps et le temps tourne autour de toi ; c’est ainsi que tu deviens si facilement et si évidemment la ville des amoureux.

Paris, mon amour, tu as été mon premier compagnon de jeux, nous en avons passé du temps à se rouler dans l’herbe et à dévorer des gâteaux au bord de la Seine. Tu es une scène à ciel ouvert, et les écluses de la vie n’ont qu’à bien se tenir.

Mes premiers pas, mes premiers balbutiements, mes premières danses, en ton sein se sont lovés. Tu as été mon premier livre, ma première histoire, mon premier roman. Dans tes bras s’en est suivis une bibliothèque interminable de lectures et de littérature. Paris, tu as été mon premier mot, ma première lettre, mon premier son. Et mes écrits continuent leur ronde sur ton infini bras d’amour, comme un tatouage indélébile. Tu as été ma première image, mon premier dessin, ma première photographie, mon premier noir et blanc et ma première aquarelle. Dans ton jardin se cache un chevalet et si l’appareil photo est au creux du cœur, je n’hésite pas à braver ta fougue pour m’en délecter pleinement.

Paris, mon amour, tu as été mon premier battement de cœur, mon premier battement de cil, tu as été mon premier baiser, ma première étreinte. Tu as su accueillir mes sourires de jeune amoureuse, éponger mes rigoles lacrymales et te faire si petite et si douce au bon moment. La fougue, la ferveur, la foi, protégées par ton parapluie d’amour.

Mon premier rêve, la première magie, mon premier secret. Tu as su laisser la place, tendrement, lorsqu’un genou est tombé par terre, sur ses grands escaliers de l’Opéra Garnier. Tu as su te faire intime, cachotière, et complice d’un homme à la bague de diamant. Tu as su rester derrière le rideau lorsque la robe blanche est apparue et tu as su verser des larmes lorsque deux lèvres tremblantes ont prononcé un oui assuré.

Cher Paris, tu as su partager ton amour lorsqu’au printemps deux petites mains ont saisi la vie. Tu as su faire des grimaces, embrasser un front et cajoler au creux du temps. Tu as su embrasser les premiers mots, porter les premiers pas, cristalliser les premiers rires.

Tu as su te relever, essuyer les affronts et brandir l’amour malgré l’horreur. Tu as su chanter et jouer du piano quand la rumeur bruyante de la guerre résonnait dehors. Tu as su aimer la haine, pardonner l’impardonnable et souffler la vie à la mort étendue par terre.

Paris, mon amour, tu es une guerrière, une sœur, une meilleure amie, un président, un docteur, un musée, un conservatoire, une église, un café, un mouchoir, un rire, un jeu, une danse, un rythme. Paris, tu es la vie que tu fais vivre et que tu vis.

Et pourtant, il est temps… Nous en revenons toujours là. Le temps au temps, du temps pour le temps. Paris, mon amour, j’ai fait ma valise, elle attend sagement dans l’entrée, devant cette porte de tous les possibles. Je ne sais pas ce qu’elle contient, tu as su la remplir et la déposer devant l’avenir. J’attends le taxi qui me destine à demain, je vais au seul endroit que tu ne pourras jamais combler : l’horizon infini, l’écume des jours, le ressac de la vie ; la mer. Mais promis, promis, Paris, mon amour, je n’oublie pas de te rapporter du sable dans mes chaussures.

Publicités

2 réflexions sur “Paris, mon amour, il est temps,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s