Stop : quatre lettres de noblesse,

Stop, quatre lettres de noblesse.JPG


Et si je vous disais que le mot « Stop » m’a sauvé la vie ? Quatre lettres, une syllabe, un positionnement de langue, un son. Stop. Nous y voilà.

Stop à la culpabilité, stop à la remise en question perpétuelle, stop à la tristesse, stop à la nostalgie, stop à l’illusion, stop à la procrastination, stop au stop. J’écris ici sans trop savoir où tout ceci va finir, j’écoute Dire Straits, je souris subrepticement, et je sais que je dois écrire. Ici, ailleurs, là-bas, demain, peut-être hier. Je suis née pour écrire, et maintenant que j’en ai pleinement pris conscience, plus rien ni personne n’a le pouvoir, la possibilité, le potentiel, de m’arrêter. Voilà voilà. J’écris, et je nais entre chaque lettre, chaque trait, comme une ligne continue, esthétique, sans queue ni tête mais sans fin. Enfin, sans queue ni tête… Pour le moment. Les brouillons sont nécessaires avant les premières ébauches et les premiers résultats, n’est-ce pas ?

Si je vous disais qu’il suffit de prononcer quatre minuscules lettres, les prononcer même en chuchotant, pour que l’univers tout entier se retourne et change de visage ? Essayez, vous verrez que je ne vous mens pas. Offrez-vous ce cadeau de Noël, il vaut tout ce qu’on peut glisser sous le sapin et qu’on oubliera dans dix ans. Laissez-vous aller, et dites simplement « Stop ». Les voyez-vous, ces couleurs iridescentes qui enlacent votre cœur ? Cet arc-en-ciel sur vos lèvres ? Oui, quatre lettres et la promesse que plus aucune inondation ne vous coulera et noiera vos battements de cœur, de cil, de vie. N’attendez pas que la colère monte en température, de faire de la rétention lacrymale et de laissez votre cœur s’engourdir. Stop : c’est la lèvre inférieure qui passer le sourire à la lèvre supérieure, c’est la commissure de gauche qui chuchote la mélodie du rire à la commissure de droite.

Stop. C’est le télégramme de tristesse qui prend fin, c’est le nouveau film à l’affiche de vos journées, c’est la nouvelle radio branchée à votre cœur, c’est le nouvel oreiller sur lequel vous appuyer et vous apaiser.

Sourire. Trouver (se). Oublier. Partager.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s