L’art de la péridurale,

L'art de la péridurale,.jpg


Depuis ma grossesse, je lis pas mal de témoignages de mamans qui préfèrent accoucher sans péridurale, jusqu’à même avoir ce souhait au sein de la famille proche. Je trouve ça génial, et je suis plutôt positivement impressionnée par la capacité de ces mamans à donner vie de cette façon. Mais pour ma part, et pour plusieurs raisons, c’était sans hésitations : je souhaitais accoucher avec péridurale.

Ce qui me surprend – au point d’ailleurs d’en faire tout un article à part – c’est la réaction de certaines mamans (pas toutes, fort heureusement), en particulier celles qui souhaitent accoucher le plus naturellement possible, face à la péridurale et à celles qui la demandent. Ce ne serait, visiblement, pas vivre un vrai, un réel accouchement, que de la solliciter. Ce serait accoucher facilement, sans rien sentir, et sans vivre la naissance. Je trouve tous ces mots très durs, illégitimes, injustifiés.

Pour ma part, mon accouchement s’est merveilleusement bien passé (et je le disais d’ailleurs dans mon précédent blog, pour ceux qui me suivent de nouveau ici). Et bien que je vomissais entre chaque contraction, ce qui les rendait insoutenables, je n’ai aucun souvenir négatif particulier de ce moment. Arrivée à la maternité, dilatée à 3, j’ai effectivement pu passer en salle de naissance et avoir rapidement la péridurale, ce qui m’a immédiatement soulagée et m’a permis de vivre mon accouchement plus sereinement.

Mais ça ne m’a absolument pas empêchée de souffrir une nuit entière (car avant d’être dilatée à 3, la maternité m’a gentiment renvoyée chez moi), à tourner en rond dans mon salon en espérant que le lendemain matin, la dilatation aurait eu lieu. La péridurale était sous mon contrôle, ce qu’on appelle l’Analgésie péridurale obstétrical contrôlée par la patiente (PCEA), à savoir que je gérais ma propre auto-administration du produit. Ceci m’a permis d’alléger la douleur tout en sentant les contractions, pour faciliter la gestion de la poussée notamment.

Mais le sujet que je souhaite défendre est plus global, plus général. PCEA ou non, un accouchement est beau, réel, vécu, que ce soit par voie basse ou par césarienne, que ce soit par péridurale ou non, que soit par PCEA ou sans, etc. Il n’y a pas de courses au meilleur accouchement. Parfois, j’ai le sentiment qu’on mélange un peu tout, et qu’on finit par tomber dans « l’accouchement instragrammable », celui qui fédèrera le plus de gens, qui augmentera la communauté.

Nous sommes toutes actrices de notre accouchement, avec nos souhaits et nos préférences personnels, et nous vivons toutes une naissance, dans sa complétude, avec tout le package et toutes les émotions qui submergent. Ce n’est absolument pas plus facile, ou plus difficile, ou plus beau, moins beau, peu importe. Ce sont simplement des méthodes différentes, adaptées à la personnalité de la maman, qui nous font arriver au même but, au même parcours, au même sentiment brûlant, transcendant : celui d’être maman.

Alors, mesdames, que vous souhaitiez péridurale ou non, qu’importe finalement. Choisissez ce qui vous correspond le mieux, à vous ainsi qu’à votre bébé, et kiffez (entre deux cris, deux poussées, deux contractions) cette rencontre qui vous transforme à jamais.

Publicités

8 réflexions sur “L’art de la péridurale,

  1. Louanne Dac dit :

    Ah merci pour cet article ! Perso il était hors de question que j’accouche sans péridurale, pourquoi se priver d’un tel confort ? J’ai pas accouché par voie basse, mais j’ai eu des contractions toute la nuit avant qu’ils me la pose, et je peux te dire que je l’ai senti la différence

    J'aime

  2. auboutduvoyage dit :

    Oui, c’est bien vrai ! Je n’y ai pas pensé en rédigeant cet article mais c’est une très bonne remarque !
    Mais je crois, je suis même persuadée, que même lorsqu’on n’a pas le temps de se poser la question, l’accouchement reste un accouchement entier, vrai !

    J'aime

  3. auboutduvoyage dit :

    Je te comprends, bienvenue dans le clan des mamans qui ont eues des contractions toute la nuit… ! Quel soulagement ensuite, lorsqu’elle est posée ! (quand on y pense, toute une nuit, ça fait déjà beaucoup d’heures au compteur)

    J'aime

  4. Petite Vivi dit :

    Je suis entièrement d’accord avec toi. Je respecte également les Mamans qui ont fait le choix d’accoucher sans péridurale et qui s’y sont tenu car pour être restée 9h sans péridural, je sais que ça fait mal. Certes, chaque corps est différent, chaque corps perçoit la douleur de manière différente, mais ce n’est pas parce qu’on choisit d’opter pour la péridurale que nous sommes de mauvaises mères, ou que nous n’avons pas vécu un vrai accouchement. Comme tu l’as très bien dit, cela est propre à chacun. Je m’étais toujours dit que tant que je supporterais la douleur, je ne prendrais pas de péridurale. Malheureusement, j’ai perdu les eaux au tout début du travail, et malgré toute la volonté du monde, j’ai crié, j’ai frappé les murs et j’ai même voulu m’assommer tellement la douleur était insupportable. Mon col s’est ouvert à 3 seulement 6 heures après les premières contractions, et à part supplier le corps médical pour avoir des calments en attendant la péridurale, je ne pouvais rien faire. Je ne regrette absolument pas avoir fait ce choix, car dès qu’on me l’a posé, j’étais vraiment bien J’ai pu pleinement profiter de mon accouchement, sans douleur mais pas sans émotion. Je pense sincèrement que je n’aurais pas pu profiter autant si la douleur avait été la même, voire plus intense.
    En tout cas merci pour cet article déculpabilisant 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. auboutduvoyage dit :

    C’est tout à fait ce que je ressens face à mon choix de péridurale : j’ai pu profiter de mon accouchement, totalement, avec une quasi absence de douleur mais une entière vague d’émotions. Et je ne regrette pas, car je voulais vivre, ressentir mon accouchement à fond, mais sans la partie douleurs sur laquelle je me serais fixée et qui m’aurait fait facilement oublier tout le reste. Mais bien sûr, cela dépend de sa perception de l’accouchement, de son corps, de la douleur, etc.
    En tout cas, ça a dû être tellement difficile pour toi, de tenir 9h sans péridurale ! Bravo ! Je trouve toujours fou comme on oublie vite la douleur ensuite, lorsque tout est terminé.

    J'aime

  6. Typhanie dit :

    Personnellement je souhaitais accoucher sans péridurale. Ma sage-femme m’avait dit que le plus important était de garder un beau souvenir de son accouchement. Alors, le jour J (qui a été provoqué), au moment où je n’en pouvais vraiment plus, j’ai demandé la péri sans aucun regret ni culpabilité. Je voulais profiter à fond de la sortie de mon bébé et des premiers instants avec lui, ce qui fut le cas ❤

    Aimé par 1 personne

  7. auboutduvoyage dit :

    J’aime beaucoup ton commentaire car c’est tout à fait comme ça que je conçois les choix liés à l’accouchement. De la souplesse, du respect et de la tolérance. Aucun choix ne change quoique ce soit à la valeur de l’accouchement, même s’ils ne correspondent pas forcément aux désidératas de base. Merci à toi !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s