La page se tourne, le livre se ferme,

Processed with VSCOcam with a6 preset

(Crédit photo : Pinterest)


Bonjour bonjour mes chers/chères lecteurs/lectrices,

Un petit mot pour vous dire que, ça y est, la page « Au bout du voyage » est tournée. Je me suis cognée, j’ai expérimenté, je me suis déconnectée et j’ai kiffé.

Je vis l’instant présent et je n’en perds pas une miette. En attendant, je n’ai plus la force, ni l’envie, d’alimenter cet univers, qui ne correspond plus vraiment à la Elsa que je suis devenue et que je deviens de jour en jour.

J’ai d’ailleurs réduit drastiquement, encore et encore, les blogs et les comptes Instagram que je suis. J’essaye d’aller à l’essentiel, un peu plus chaque jour, et de me réserver du temps pour le plus important : la vie ici et maintenant.

Parfois, il m’arrive de penser que nous devrions tous nous consacrer davantage à l’instant présent. Vivre est un cadeau, et pourtant nous nous cachons tant derrière nos écrans, quand il y a déjà tellement à découvrir sur le trottoir d’en face.

La vie est courte et elle doit être vécue intensément ; je ne veux plus l’oublier.

Nous nous retrouverons peut-être un jour : dans le métro, à la bibliothèque, à la crèche (qui sait !) ou même à l’étranger. Ce serait un vrai plaisir. Et cette fois, j’en profiterai réellement, car vos sourires seront réellement, indubitablement connectés aux miens. C’est drôle de parler de « connexion » quand tout semble vouloir se déconnecter autour de moi, et pourtant : la vie est une connexion intersidérale ; mais les étoiles sont dans nos yeux, dans le pli de nos commissures, dans nos cheveux ou encore au bout de nos doigts ; elles ne sont pas dans nos écrans, animées ou retouchées. Même les étoiles ont un cœur qui bat.

Et, qui sait… vous m’auriez peut-être bien entre vos doigts, dans quelques années, à tourner les pages ou à corner les angles. C’est fou comme perdre du temps devient du temps de gagné.

En attendant, mon livre en cours m’attend plié sur mon lit, une tisane fumante sur le pupitre ; mon grand garçon (grand, grand !) dort paisiblement dans sa chambre, parfois même qu’il soupire comme un petit bébé (petit, petit !) ; la Bretagne nous attend dans quelques jours à peine et elle fait battre mon cœur d’impatience ; je continue de danser la vie en pointe et pas chassés ; un voyage improbable mais absolument sublime, transcendant, nous attend dans quelques mois, ce qui ne quitte plus mes pensées ; des projets qui se construisent, à l’aune de l’instant présent.

Voilà bien le projet d’une vie : vivre l’instant présent, tel qu’il se présente, tel qu’il est, dans toute sa grandeur et dans toute sa vulnérabilité. Un peu d' »ici » dans sa tasse de café, de « maintenant » dans ses poches et d' »aujourd’hui » sous la peau.

Voilà, tout est dit, ou presque.

Bonne continuation et, à bientôt j’espère : sur le trottoir d’en face !

#2 – Bilan de ma déconnexion,

#2 - Bilan de ma déconnexion,.jpg


Vous allez peut-être me dire que ce bilan était prévisible. Pour ma part, je ne l’ai pas forcément vu arriver sous cet angle-là, et d’autant plus maintenant que j’apprivoise mes sentiments au jour le jour.

Comme je le disais déjà dans mon premier bilan, j’ai drastiquement réduit mon rapport à Internet et aux réseaux sociaux. Mais le bilan ne s’arrête pas là, voilà pourquoi je vous présente un point 2 ! Lire la suite

Lettre au temps qui passe,

Lettre au temps qui passe,.jpg

Comme un petit air – Home, Dustin O’Halloran


Mon amour, mon bébé, mon trésor,

Ce soir, alors que je chantais doucement, tout doucement, au creux de tes si petites oreilles, tes cheveux blondinets collés à ma bouche, et ta tête tout contre moi, emboîtée dans le pli de mon cou, le pli de la maternité, je sentais au fond de moi, pressant, oppressée, le temps passer si vite. Ma respiration raccourcie et mon cœur fébrile ont embrassé tes cheveux, s’enivrant de cette odeur de bébé que tu portes si bien, et j’ai arrêté de respirer, espérant de tout cœur que le temps s’arrêterait, bloqué dans le fond de mes poumons.

Au lieu de ça, j’ai fermé les yeux, j’ai écouté ta respiration lente et paisible, et j’ai vu.

J’ai vu. Lire la suite

Un peu de moi en 25 points,

Un peu de moi en 25 points,.jpg

(Crédit photo : Rama O.)


J’écris et je partage sur ce blog depuis déjà de nombreux mois, et même si je me dévoile un peu à travers mes articles, je ne me dévoile jamais réellement. Je me cache toujours un peu derrière les mots, les métaphores, les subtilités – par choix. Et puis j’ai eu envie de m’ouvrir un peu plus à vous, mais dans un article dédié, et non tout au long de mes publications. C’est important, aussi, de donner un peu de soi, quand mes lecteurs me donnent tant, ne croyez-vous pas ?

Je profite de cet article pour vous remercier. En créant ce blog, je ne cherchais ni les visites, ni les commentaires, ni les partages de publication. Je souhaitais partager, apporter peut-être un peu d’aide, un peu d’inspiration, un peu de littérature, à ceux qui voudraient bien jeter un œil à mes articles. Et j’écrivais aussi pour moi, pour cette passion qui m’anime (allez, – 1 point à révéler sur moi !). Et maintenant, vous êtes de plus en plus nombreux à rejoindre l’aventure, à me partager vos histoires, vos passions, votre maternité, à m’encourager. C’est un vrai bonheur de vous lire, de vous savoir ici, et de vous suivre également de l’autre côté de votre bannière, pour certains.

Sachez que ce blog n’est pas un lieu de notoriété mais d’humilité, que je souhaite le plus simple et le plus convivial possible. Un espace qui me ressemble, et qui vous enlace en même temps. Un peu décousu, comme mes pensées qui bouillonnent mais encré, assuré, dans mon quotidien qui fait la part belle à l’écriture. J’ajoute une pincée de simplicité supplémentaire, d’authenticité affectueuse, en partageant ces quelques secrets chuchotés sur moi.

Alors, si cela vous intéresse, voici un peu de moi en 25 points : Lire la suite

Se projeter dans un déménagement : sélection décoration,

640c90351734ec26e12c2fb7621f9513.jpg


Depuis quelques jours, et surtout depuis que les choses sont plus clairs dans mon esprit, G. et moi discutons tranquillement d’un futur déménagement à moyen terme. Pour ne pas perdre la place en crèche – et pour l’avoir aussi pour bébé 2 – nous sommes obligés de rester dans cette ville actuelle, mais cela tombe plutôt bien car nous l’adorons et nous avons un gros coup de cœur pour elle depuis que nous avons emménagé.

A 25 ans, un enfant, et un deuxième en pensée, deux travails stables et une situation financière plutôt correcte, nous envisageons inévitablement d’acheter notre futur logement. L’avantage de la région parisienne, c’est qu’un achat n’est jamais perdu, surtout dans notre ville où tous les logements en vente s’arrachent comme des petits pains. Pour la petite anecdote, nous nous sommes carrément fait démarcher par un particulier le jour où nous emménagions dans notre petite maison : est-ce que vous vendez ?! Heuuuu, pas vraiment en fait !

Qui dit achat, dit logement à décorer, et alors là c’est mon grand, grand bonheur. Nous avons aussi beaucoup hâte d’être enfin propriétaire pour pouvoir mettre à profit notre passion mutuelle pour l’architecture et la décoration d’intérieur. A défaut d’être architecte d’intérieur, je peux l’être pour mon home sweet home, les travaux ne nous font pas peur !

Étrangement, je trouve un intérêt tout à fait personnel à regarder « Recherche appartement ou maison » maintenant, haha !

En fouillant quelques idées, des étoiles plein les yeux, sur Pinterest, j’ai eu envie de partager tout ça avec vous. Qui sait, peut-être que ça vous inspirera aussi ?! Lire la suite

Les Plaisirs Simples du printemps,

Les Plaisirs Simples du printemps,.jpg


Depuis quelques jours, je dévore un livre qui – il faut l’avouer – tombe non seulement à point nommé dans mes tergiversations et mes interrogations, mais donne aussi suffisamment de vent pour faire s’envoler mon moral cerf-volant. Je me sens sereine, au bon endroit et équilibrée, c’est étrange comme sensation et je n’ai pas le sentiment que des mots pourront y manifester toute la substance, et pourtant j’aimerais tellement pouvoir vous l’expliquer détail par détail, sentiment après sentiment.

Est-ce que vous avez déjà connu ça, un livre qui tombe à point nommé, qui arrive au bon moment, qui est – étrangement – le sujet idéal sur l’instant T ? Ca ne m’est pas arrivé souvent, mais lorsque c’était le cas, j’ai souvenir que c’était tout aussi bon et orgastique. Lire la suite

La lumière derrière les nuages,

La lumière derrière les nuages,.jpg

(Crédit photo : Isabel Nao / Retouches : Au bout du voyage)


Après une semaine de vacances, la reprise du travail pointe le bout de son nez. Et je dois avouer que j’ai plutôt été surprise par mon plaisir anticipé par cette idée. Oui, je suis contente de reprendre le travail, de retourner au bureau, de retrouver mes dossiers. Et pourtant, je peux vous dire que la reprise va être sportive, car six dossiers doivent être gérés et bouclés d’ici le 1er juin ! Mais cela me réjouit. Oui oui, je vous assure, je me suis moi-même surprise. Que penser de cet article alors ? Hé bien…

… Qu’il est un article comme beaucoup d’autres, où je prends plaisir à partager avec vous tout ce qui traverse mon esprit – car je suis intimement persuadée que je ne suis pas la seule à passer par ce type de choix, d’hésitations, etc. – et que cet article que je rédige en est également un autre, une suite logique, pour partager avec vous mon cheminement réflexif. Lire la suite

Je me souviens,

Au bout du voyage amour maternel bébé nature famille.jpg


13 mois de sourires-tricotins, de sourires-orchestres, de sourires-heureux. Je me souviens alors, comme au premier jour, de tes petits doigts serrés, tirant légèrement sur mon haut de maternité, comme un refuge inébranlable, un amour-toujours tiré vers le haut, vers les nuages, comme un palais de délices, de parfums, de vie ; tes petits doigts d’hier qui déjà serraient l’avenir, demain, les jours merveilleux. Lire la suite

Le dilemme du deuxième bébé,

Le dilemne du deuxième bébé,.jpg


Depuis quelques semaines, il faut que je vous l’avoue, je me prends pas mal la tête. J’ai très envie du deuxième bébé, mais en même temps je trouve ça un poil trop tôt. J’ai très envie de m’épanouir professionnellement, mais en même temps je me dis qu’il vaut mieux en avoir fini avec les grossesses avant de s’embarquer là-dedans. J’ai très envie d’avoir des enfants rapprochés, mais en même temps l’écart d’âge ne me dérange pas plus que ça. J’ai très envie d’avoir deux enfants, mais n’avoir que notre petit N. ne me pose aucun problème non plus. J’ai très envie de profiter d’eux dans les moindres détails en restant à la maison mais en même temps j’ai très envie de travailler aussi. Bref, j’ai très envie de tout et son contraire, à tel point que je ne sais plus ce qui est bon de ce qui ne l’est pas (bonjour la #controlfreak).

Ca me prend la tête, à tel point que je n’arrive plus à m’investir à 100% dans mon travail et dans ma vie de famille, que j’y pense constamment et que ça commence à me plomber sévèrement le moral. C’est dommage, car habituellement je suis quelqu’un de positive, qui cherche le bon côté des choses et qui est persuadée qu’une solution se trouve derrière chaque nuage d’ombre. Là, j’ai plutôt l’impression qu’il n’y aura jamais de solutions idéales et plutôt que des mauvaises décisions. Et au final : je n’avance pas, rien ne bouge et je me noie. Lire la suite

Les étapes d’un bébé qui grandit : l’angoisse de la séparation,

Les étapes d'un bébé qui grandit l'angoisse de la séparation,.jpg


Notre petit N. a maintenant 12 mois passés, et même 13 mois dans une semaine. Nous avons malheureusement été pris d’une angine blanche pendant son anniversaire, autant Monsieur que moi, ce qui tombait mal mais qui devait être ainsi. Mais tout ceci ne l’a pas empêché de nous rappeler qu’il grandissait, à vitesse folle, et preuve en est : il a commencé à développer une sacrée angoisse de la séparation.

Il paraît qu’elle démarre, généralement, vers les 8 mois. Mon petit N. ne faisant jamais les choses comme tout le monde, c’est donc à 12 mois qu’il a commencé à exprimer tout ça. Et ce serait vous mentir que de vous dire que tout se passe bien, les doigts dans le nez, car ce n’est pas du tout le cas ! C’est une rude épreuve qui nous met à genoux plus d’une fois et qui met également à l’épreuve notre affection pour l’éducation bienveillante. Lire la suite